03/10/2021 : Messe festive de rentrée, et « Burger Solidaire »

Après la messe de 11h00 à Ste Julienne, nous sommes invités à nous retrouver pour partager un « Burger solidaire » : l’occasion de nous retrouver et de faire du bien aux plus démunis.
Burger adulte 8€
Burger enfant 6€
Pour plus de renseignements sur le projet de Gioacchino Sforza, vous pouvez consulter la page FB => https://www.facebook.com/SavoureuxSolidaire/
« Golden Street vous propose des burgers bio, locaux et solidaires. Chaque fois que nous vendons 10 burgers, nous en offrons un à une personne en situation précaire (sans-abris et/ou sans-papier). »

Réservation obligatoire

Soit en téléphonant à l’accueil paroissial (081 73 58 75), aux heures d’ouvertures (cf. Cliquer ici).

Soit en remplissant ce formulaire (cliquer ici).

27/05/2021 Le mot du curé

En ce temps-là, tandis que Jésus sortait de Jéricho avec ses disciples et une foule nombreuse, le fils de Timée, Bartimée, un aveugle qui mendiait, était assis au bord du chemin. Quand il entendit que c’était Jésus de Nazareth, il se mit à crier : « Fils de David, Jésus, prends pitié de moi ! »

Beaucoup de gens le rabrouaient pour le faire taire, mais il criait de plus belle : « Fils de David, prends pitié de moi ! » Jésus s’arrête et dit : « Appelez-le. » On appelle donc l’aveugle, et on lui dit : « Confiance, lève-toi ; il t’appelle. »

L’aveugle jeta son manteau, bondit et courut vers Jésus. Prenant la parole, Jésus lui dit : « Que veux-tu que je fasse pour toi ? » L’aveugle lui dit : « Rabbouni, que je retrouve la vue ! » Et Jésus lui dit : « Va, ta foi t’a sauvé. » Aussitôt l’homme retrouva la vue, et il suivait Jésus sur le chemin.

(Mc 10, 46b-52 ; pour les autres lectures du jour, cliquer ici.)

20 05 2021 Le mot du Curé

En ce temps-là, les yeux levés au ciel, Jésus priait ainsi :
« Père saint, je ne prie pas seulement pour ceux qui sont là, mais encore pour ceux qui, grâce à leur parole, croiront en moi.
Que tous soient un, comme toi, Père, tu es en moi, et moi en toi. Qu’ils soient un en nous, eux aussi, pour que le monde croie que tu m’as envoyé. Et moi, je leur ai donné la gloire que tu m’as donnée, pour qu’ils soient un comme nous sommes UN : moi en eux, et toi en moi. Qu’ils deviennent ainsi parfaitement un, afin que le monde sache que tu m’as envoyé, et que tu les as aimés comme tu m’as aimé.
Père, ceux que tu m’as donnés, je veux que là où je suis, ils soient eux aussi avec moi,
et qu’ils contemplent ma gloire, celle que tu m’as donnée parce que tu m’as aimé avant la fondation du monde.
Père juste, le monde ne t’a pas connu, mais moi je t’ai connu, et ceux-ci ont reconnu
que tu m’as envoyé. Je leur ai fait connaître ton nom, et je le ferai connaître, pour que l’amour dont tu m’as aimé soit en eux, et que moi aussi, je sois en eux. »

(Jn 17, 20-26 ; pour les lectures du jour, cliquer ici.)